Et si c’était le meilleur cadeau de Noël que vous puissiez offrir?

Récemment de passage à Kuala Lumpur en Malaisie, j’ai retrouvé un vieil ami, le frère Anbalagan.

Anba faisait partie au début des années 90, des premiers missionnaires au Cambodge, alors que le pays s’ouvrait doucement au monde extérieur. Anba, d’origine malaisienne fut pendant plusieurs années le directeur de la mission WEC au Cambodge.

Assis il y a 15 jours dans un restaurant de la capitale malaisienne je me suis tourné vers Anba et lui dit : ‘Je crois que c’est conduit de Dieu que nous puissions nous voir ce soir. Je veux en profiter pour te dire ma reconnaissance. Je veux te remercier pour deux choses spécifiques : premièrement , merci de m’avoir donné le feu vert en 1998 quand j’ai fait ma demande de venir servir au Cambodge. Tu ne me connaissais pas à l’époque et tu aurais pu facilement dire ‘non’. Le 24 septembre 1999 quand j’ai atterri au Cambodge, tu es venu m’accueillir à l’aéroport de Phnom Penh et m’introduire au champ de mission.

Deuxièmement je veux te remercier pour l’occasion que tu m’as donné en juillet 2000 de te rejoindre  pour une tournée dans les églises en Malaisie. A l’époque, je me souviens d’un missionnaire WEC en particulier qui était réticent à me voir partir pour un mois de tournée. Il pensait que ce n’était pas juste étant donné que j’étais depuis peu au Cambodge et que j’étais pris à apprendre le Khmer. Mais en m’invitant dans cette tournée tu as ouvert une formidable porte ( qui est encore ouverte aujourd’hui) pour me rendre dans de nombreux pays pour prêcher et mobiliser à la mission. Merci Anba.’

Je suis tombé hier sur un article dans un magazine sur la gratitude. Etre reconnaissant envers une personne booste notre santé mentale et physique. La reconnaissance réduit le stress et le risque de maladie et améliore le sommeil.
Le plus beau cadeau que vous puissiez faire ce Noël c’est probablement de trouver quelqu’un qui vous a aidé un jour ou qui a prié pour vous quand vous étiez dans le besoin, et de leur dire ‘Merci’.

Ce cadeau ne vous coûtera pas un centime et pourrait pourtant devenir le cadeau qu’ils n’oublierons jamais.

Merci Anba !

Timothée Paton , à ‘ Trinity Theological College’  de Singapour (jusqu’à la fin janvier 2018)

Partager cet article



Pour ne rien rater, inscrivez-vous à ma newsletter
Je m'inscris